Académie d’études coréennes, Seongnam-si, Corée du Sud

L’Académie des études coréennes (한국학중앙연구원, AKS) est un institut de recherche et d’enseignement sud-coréen ayant pour but d’établir une recherche approfondie sur la culture coréenne. Il a été créé le 22 juin 1978 par le ministère de l’Éducation et des Sciences de la Corée du Sud (교육 과학 기술부). L’Académie s’est consacrée à l’interprétation et à l’analyse de la culture traditionnelle coréenne, à la définition de l’identité académique des études coréennes et à l’éducation des chercheurs.

L’Académie des études coréennes a été créée pour revitaliser le domaine des études coréennes en menant des recherches approfondies et en offrant une éducation sur des sujets connexes. Les activités d’AKS vont de la recherche sur la culture coréenne en sciences humaines et sociales à l’éducation et à la formation des chercheurs et des professionnels de l’enseignement supérieur, en collectant, recherchant, traduisant et publiant des classiques coréens et en publiant et diffusant des résultats de recherche. Ses domaines d’activité comprennent également la compilation et la distribution d’ouvrages de référence tels que l’Encyclopédie de la culture coréenne et l’Encyclopédie numérique de la culture locale coréenne, la numérisation et la diffusion d’informations académiques dans le domaine des études coréennes. à l’étranger et de mener des programmes et des projets visant à améliorer la compréhension de la culture coréenne par la communauté internationale.

L’Académie des études coréennes a été créée pour revitaliser le domaine des études coréennes en menant des recherches approfondies et en offrant une éducation sur des sujets connexes.

Les activités d’AKS vont de la recherche sur la culture coréenne en sciences humaines et sociales à l’éducation et à la formation des chercheurs et des professionnels de l’enseignement supérieur, en collectant, recherchant, traduisant et publiant des classiques coréens et en publiant et diffusant des résultats de recherche. Ses domaines d’activité comprennent également la compilation et la distribution d’ouvrages de référence tels que l’Encyclopédie de la culture coréenne et l’Encyclopédie numérique de la culture locale coréenne, la numérisation et la diffusion d’informations académiques dans le domaine des études coréennes. à l’étranger et de mener des programmes et des projets visant à améliorer la compréhension de la culture coréenne par la communauté internationale.

La Corée, soutenant sa société agricole séculaire, s’est transformée avec succès en une des principales nations industrielles à partir de la marque des années 1970. Bien que l’innovation soit entrée en vigueur après l’ère de l’industrialisation, le rétablissement des identités et des histoires de la Corée était désespérément nécessaire pour revitaliser l’esprit national perdu tout au long des histoires tragiques. Pour cette raison, l’Académie des études coréennes a été créée en 1978.

 Au fur et à mesure que l’histoire se répète, construire l’avenir en s’inspirant du passé nous a indubitablement conduits à une étape préliminaire mais essentielle dans une renaissance culturelle, y compris celle des arts et des universitaires. De l’histoire de nombreuses civilisations, la Corée est confrontée à une ère de transformation de la quatrième révolution industrielle.

Tout autant que les ressources humaines sont remplacées par des robots et des IA, et tout comme les connaissances suivantes sont requises dans les industries révolutionnaires actuelles, la révolution dans le domaine des humanités qui répond aux besoins d’intérêts et de désirs humains variés est absolument nécessaire.

C’est la mission même avec laquelle l’institut doit s’occuper. Afin de découvrir l’identité de la Corée, des recherches non seulement sur les anciens systèmes politiques ou classes sociales, mais aussi sur la famille traditionnelle et sa généalogie, sont également inévitables. Par le biais d’approches académiques et en se plongeant dans les sciences sociales et humaines, l’institut se prépare aux vagues révolutionnaires imminentes.

Soutien à la recherche sur les études coréennes
AKS fournit un soutien pour une recherche approfondie sur la culture coréenne sur une base régulière. Les projets de recherche sur la culture coréenne, ouverts aux universitaires et aux chercheurs coréens et internationaux, sont généralement dirigés par un membre de l’équipe de professeurs d’AKS. Au cours des trente années écoulées entre 1978 et 2013, AKS a financé des projets comprenant 2 606 tâches de recherche dans 1 511 catégories de sujets et recrutant 5 157 participants au total.
 
Promouvoir l’éthique de la recherche
Au cours des dernières années, les milieux universitaires du monde entier se sont de plus en plus inquiétés des normes éthiques dans la recherche. AKS est active dans le traitement des questions liées à l’éthique de la recherche. Nous organisons régulièrement des séminaires sur l’éthique de la recherche à l’intention de notre personnel de recherche, et nous distribuons des lignes directrices sur l’éthique de la recherche au personnel et aux étudiants afin de sensibiliser tous les membres de la collectivité AKS à l’éthique.
 
Gestion centrale du financement de la recherche
Chez AKS, tous les fonds de recherche, qu’ils soient alloués à des projets par elle, à la Fondation nationale de recherche de Corée ou à toute autre entité, sont gérés de manière centralisée. Les chercheurs d’AKS sont informés…

Koreanische Studien Publikationen
Die konsistente Veröffentlichung von Büchern und Zeitschriften ist ein weiteres wichtiges Mittel für die Akademie für Koreastudien, um aktuelle wissenschaftliche Arbeiten zu Koreastudien zu verbreiten und zu aktualisieren. Seit seiner Gründung bis 2012 hat AKS rund 1.700 Bücher veröffentlicht. Es gibt drei von der AKS herausgegebene Zeitschriften: die Korean Studies Quarterly (Jeongsin munhwa yeongu, auf Koreanisch), die Review of Korean Studies (zweijährlich auf Englisch) und Jangseogak (Zweijährlich auf Koreanisch).

Die genealogischen Aufzeichnungen des Königshauses von Joseon wurden von einer Agentur verwaltet, die als “Iwangjik” bekannt war. 1918 wurde eine neue Bibliothek für den Iwangjik gebaut, im Changdeokgung Palast, und eine hölzerne Tafel mit dem Namen “Jangseogak” wurde aufgehängt an der Fassade dieser Bibliothek. Seitdem wurde “Jangseogak” ein Eigenname, das die Bibliothek des Yi Royal House of Joseon bezeichnet.
 
Verwaltung der Buchsammlung des Königshauses nach der Annexion von Joseon durch Japan
Im Jahr 1908 beschloss Kaiser Gojong, eine neue Bibliothek zu bauen, die etwa 100.000 Bände beherbergte, die in Gyujanggak und anderen Institutionen aufbewahrt wurden, darunter Annalen von früheren Königen und andere königliche Hauszeugnisse, die sie als “Imperial House Book Collection” deklarierten Korea wurde ein Jahr später, 1910, offiziell annektiert, und dieses Projekt wurde nie in die Welt gesetzt.
 
Management der Royal House Book Collection von Iwangjik
Im Februar 1911 wurde eine neue Regierungsbehörde namens “Iwangjik” gegründet, und die Bibliotheksabteilung dieser Agentur wurde mit der Verantwortung betraut, die Imperial House Book Collection zu verwalten. Im Juni desselben Jahres richtete die Bibliotheksabteilung von Iwangjik eine Bibliothek namens “Iwangjik Jangseogak” ein und ließ 1915 ein weiteres Gebäude in Changdeokgung errichten. Alle Bücher der Institution wurden in dieses vierstöckige Gebäude südöstlich von Nakseonjae verlegt. Die Bibliothek wurde ab 1918 “Jangseogak” genannt, als an diesem Gebäude eine Holztafel mit diesem Namen aufgehängt wurde.
 
Jangseogak-Sammlung nach dem Ende der japanischen Regel verwalten
Im November 1945 organisierte das US-Militärregierungsamt Iwangjik neu und nannte es “Ehemaliges königliches Palastverwaltungsbüro” und übertrug es der Jangseogak-Sammlung. Im Juni 1955 wurde die Verantwortung für Jangseogak auf das Changgyeongwon Garden Management Office übertragen. Mit der Gründung der Cultural Properties Administration im Oktober 1961 übernahm die neue Regierungsbehörde die Leitung der Jangseogak-Sammlung. Im Jahr 1969 wurde ein neues Büro, das für die Verwaltung des Jangseogak-Archivs zuständig ist, unter der Verwaltung für Kulturelle Eigenschaften eingerichtet. Im Einklang mit dem Dekret des Präsidenten Nr. 10.588 wurde das Jangseogak-Archivbüro im Jahr 1981 vom Komitee für kulturelle Eigenschaften geschlossen und seine alte Büchersammlung wurde in die Akademie für Koreastudien verlegt, wo es bis heute existiert.
 
Das neue Jangseogak-Gebäude
Das neue Gebäude des Jangseogak-Archivs wurde am 5. Juli 2011 als neues Haus mit rund 150.000 Dokumenten aus der Notwendigkeit eröffnet, die systematische Klassifizierung, Erforschung und effizientere Nutzung der Jangseogak-Sammlung alter Dokumente neu zu organisieren der königliche Hof der Joseon und prominente Gelehrtenfamilien.

Tags: