Cire de Candelilla

La cire de candelilla est une cire dérivée des feuilles du petit arbuste Candelilla originaire du nord du Mexique et du sud-ouest des États-Unis, Euphorbia cerifera et Euphorbia antisyphilitica, de la famille des Euphorbiaceae. Il est brun jaunâtre, dur, cassant, aromatique et opaque à translucide.

La cire de candelilla protège la plante de son environnement et prévient l’évaporation excessive.

La plante a des caractéristiques très similaires à celles d’un chaton, elle est dure et cassante. Sans raffinage la cire a un aspect opaque, en fonction du raffinage et du degré de blanchiment, c’est la couleur qu’elle obtient et cela peut aller du brun clair au jaune, la cire est insoluble dans l’eau mais très soluble dans l’acétone et le chloroforme. La plante pousse dans des zones de climat semi-désertique, on la trouve en plus grande abondance dans le désert de Chihuahua.

La production de cette cire remonte au début du 20ème siècle, faisant de la cire une des sources économiques les plus importantes pour la zone nord du Mexique dans le désert de Chihuahua, le plus grand territoire de ce désert comprend les états de Coahuila, Zacatecas , San Luis Potosí, Durango et Coahuila et trois États des États-Unis que sont le Texas, l’Arizona et le Nouveau-Mexique.

Utilisée dans les bâtonnets, la cire de Candellila favorise le démoulage, le bon comportement et l’aspect du produit. Souvent utilisé en conjonction avec la cire de carnauba, la cire d’abeille et d’autres cires, il améliore le toucher, la colle et la finition. Sa dureté et son point de fusion relativement élevé augmentent le point de ramollissement des bâtonnets.

Histoire
Sa découverte et son utilisation sont dues aux indigènes du nord du Mexique, qui ont extrait la cire brute en chauffant les tiges dans des pots en argile, puis en les mélangeant avec des colorants à des fins ornementales. Certaines versions indiquent que dans les temps anciens, il a été brûlé pour l’éclairage, de sorte qu’il remplissait les fonctions d’une bougie; aussi, ils l’ont utilisé pour étirer des arcs, bronzer des peaux, dans des préparations médicinales contre le mal de dents et comme un laxatif. À l’époque de la colonie espagnole a été utilisé pour faire des bougies, d’où le nom de candelilla, qui signifie «petite bougie».

Au début du 20ème siècle, il a commencé à être commercialisé, et en 1905 Connek et Landresc ont étudié sa composition et ses propriétés. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la demande d’imperméabilisation et de protection des moustiques contre les tentes a été augmentée pour couvrir et empêcher la détérioration de certaines parties des aéronefs et la fabrication d’explosifs et a atteint un prix pouvant atteindre 1,2 USD. kg et le Mexique a exporté jusqu’à 24 000 tonnes par an.

En ces années de guerre, les candelilleros se sont organisés pour une meilleure commercialisation, mais à la fin, le développement de l’industrie pétrochimique a considérablement affecté le marché de la candelilla, puisque dans de nombreux produits fabriqués avec sa cire, il a été remplacé par sous-produits du pétrole, par exemple: les composants de certains appareils électroniques, bases de colles, revêtements et cosmétiques. Par la suite, l’utilisation de matières premières naturelles a été augmentée au lieu de produits pétroliers, en raison de son coût élevé.

Obtention de la plante:
Actuellement les méthodes d’obtention de la cire sont encore très rudimentaires et archaïques qui sont inefficaces, ces méthodes restent inchangées dès le début de l’activité, représentent une faible production de cire et un coût très élevé pour sa production. Les candelilleros portent des ânes ou des camions dans les zones où la plante est en abondance, plus tard la plante est enracinée manuellement, parfois en utilisant un morceau de bois tranchant qui leur permet d’extraire la plante racine d’une manière plus simple.

Les plantes avant leur transport passent par un processus où le collecteur enlève toutes leurs impuretés telles que le sol ou les pierres et ensuite placé dans des paquets d’environ 20 à 30 kilos et sont transportés à un centre de collecte où ils seront effectués. le processus d’extraction de la cire, ce centre de collecte sont à une distance d’environ 150 kilomètres du point de collecte.

Extraction de cire traditionnelle:
Il commence avec la récolte de la plante de candelilla qui est déracinée sans respecter les dispositions pour placer plus tard la plante dans des chaudrons de fer appelés “pailas”, avec une solution d’acide sulfurique à une concentration approximative de 0,3% (v / v); L’acide sulfurique utilisé est un gaspillage de l’industrie des engrais, selon les témoignages des candelilleros. Un «troisième» est l’unité de mesure équivalente à un «coup», c’est-à-dire ce qui est atteint entre les deux bras ouverts; en kilogrammes correspond entre 24 et 32 ​​kg de plante, la variation répond à la teneur en humidité de la plante. Chaque paila a une capacité de 500 L, on y introduit huit “tiers” (192 à 256 kg) de candelilla par extraction ou “pailada”. La charge immergée dans la solution d’eau et d’acide est chauffée pour diriger le feu vers le point d’ébullition de la solution, ce qui permet à la cire de fondre et de se détacher de la plante.

L’acide sulfurique empêche la cire d’adhérer aux impuretés et forme une émulsion qui pourrait être générée compte tenu des conditions de turbulence pendant le processus d’ébullition. En utilisant cette technique, la cire de candelilla fondue flotte à la surface de l’eau sous forme de mousse, puis est retirée de la “paila” avec des ustensiles perforés, appelés “skimmers”, avec lesquels elle passe dans des cuves en acier, moules en argile qui sont placés au niveau du sol. Dans tous les récipients, la mousse chaude (cire) est séparée par décantation, à partir d’une liqueur brune qui précipite vers le bas, puis recyclée dans l’extraction “paila”.

Dans la partie supérieure de la “paila”, se forme une couche de crème jaune fine, qui est la cire de la candelilla, qui est connu comme “cerote”, est enlevé avec l’aide de “espumaderas” “Et il est laissé refroidir jusqu’à ce qu’il se solidifie, à température ambiante, puis il est brisé en morceaux avec des coups de marteau et les pièces sont remboursées dans un récipient en fer cylindrique (cutter) avec la même solution acide avec laquelle l’extraction a été effectuée dans le “paila”, pour éliminer les impuretés de la terre et de la matière organique, qui sont finalement séparées par sédimentation.La cire décantée, connue sous le nom de «cire de candelilla crue», est autorisée à refroidir et à se solidifier.Pour raffiner la cire, CENAMEX (2007) indique qu’il est nécessaire Pour 2005, le prix de la cire de candelilla raffinée a oscillé, au Mexique, entre 36 et 38 pesos par kilogramme et en Italie à 52 pesos pour 100 g. Mars 2009, les candelilleros de Cuatrociénegas sol d la cire de candelilla crue aux intermédiaires en 48 pesos kg-1 mais une fois affinée sa valeur augmente; de telle sorte que des entreprises comme Multiceras S.A. de C.V. commercialisé la cire raffinée à 56 pesos kg.

Composition et production
Avec un point de fusion de 68,5-72,5 ° C, la cire de candelilla se compose principalement d’hydrocarbures (environ 50%, chaînes avec 29-33 carbones), d’esters de poids moléculaire plus élevé (20-29%), d’acides libres (7-9%) et des résines (12-14%, principalement des esters triterpénoïdes). La teneur élevée en hydrocarbures distingue cette cire de la cire de carnauba. Il est insoluble dans l’eau, mais soluble dans de nombreux solvants organiques tels que l’acétone, le chloroforme, le benzène et la térébenthine.

La cire est obtenue en faisant bouillir les feuilles et les tiges avec de l’acide sulfurique dilué, et la “cerote” résultante est écrémée de la surface et ensuite traitée. De cette manière, environ 900 tonnes sont produites chaque année.

Les usages:
La cire de candelilla se caractérise par sa teneur élevée en hydrocarbures qui constitue 50%, la cire a une consistance collante grâce à sa teneur en résines qui constitue 40% de son poids.

Il est principalement utilisé en mélange avec d’autres cires pour les durcir sans augmenter leur point de fusion. En tant qu’additif alimentaire, la cire de candelilla a le numéro E E 902 et est utilisée comme agent de glaçage. Elle trouve également son application dans l’industrie cosmétique et l’industrie pharmaceutique, en tant que composant des baumes pour les lèvres et des barres de lotion. Elle peut également être utilisée dans les émulsions eau / huile. Une de ses utilisations principales est comme un liant pour les chewing-gums.

La cire de candelilla peut être utilisée comme substitut à la cire de carnauba et à la cire d’abeille. Il est également utilisé pour faire du vernis.

Applications:
La cire est l’un des produits naturels les plus utilisés dans l’industrie, de la cosmétique à l’électronique pour ses caractéristiques uniques telles que: la couleur jaune transparente, sa dureté, sa brillance et sa digestion facile sans être toxique; puisqu’il s’agit d’une substance généralement reconnue comme sûre (GRAS) par l’Administration des aliments et drogues (FDA). De plus, ses caractéristiques physico-chimiques, comme son point de fusion, son imperméabilité, son faible indice de retrait et ses propriétés diélectriques lui permettent de fonctionner efficacement dans le moulage de précision ou la cire perdue dans l’industrie électrique (Canales et al., 2006).

Le traitement et la commercialisation de la cire de candelilla, jusqu’en 1992, étaient en charge de la Banque Nationale de Crédit Rural, à travers une fiducie; Cependant, cette année-là, le pouvoir exécutif a disparu et transféré ses fonctions à une société appelée Ceras Naturales Mexicanas, S.A. de C.V. (CENAMEX), une société mercantile formée à 100% de capitaux mexicains et dont les actionnaires étaient les six mille candelilleros du pays, représentés par 300 groupes. CENAMEX est la seule entreprise qui a traité et vendu de la cire au monde pendant deux ans, mais en 1994, avec la signature de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), l’ouverture du marché et la création de nouvelles entreprises nationales et internationales. . Ils l’ont obligé à être plus compétitif, par rapport à la qualité du produit, tout en augmentant le prix.

Au début du XXIe siècle, en 2006, le Mexique a produit 349 tonnes de cires naturelles d’une valeur supérieure à 7 677 582 dollars. Pour 2007, les principaux consommateurs étaient: l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et la Chine avec 85,38% de la cire totale de candelilla; l’année suivante, il a été exporté au Japon, aux États-Unis et en Allemagne. Actuellement autour de cette ressource tourne l’activité de plus de 3.500 petits producteurs.

Dans l’industrie cosmétique, en raison de ses propriétés protectrices, la cire de candelilla est indispensable pour une large gamme de formulations utilisées dans la production de rouges à lèvres, de crèmes pour le corps et de préparations capillaires. Pour être un bon plastifiant et pour sa capacité à retenir les huiles essentielles, il favorise la conservation des arômes, il est utilisé dans la fabrication du chewing-gum. Il existe d’autres applications qui comprennent les revêtements pour carton et papier, l’industrie des crayons, peintures, bougies de cire, lubrifiants, adhésifs, anticorrosifs, médicaments, lubrifiants, plastiques, textiles, encres, anticorrosifs, imperméabilisation et feux d’artifice, etc.

La revue Nature publia en 1941 un article de John Whitaker, dans lequel il mentionnait que la cire de candelilla était peut-être le matériau ayant le plus grand nombre d’applications commerciales de toutes les substances extraites des plantes sauvages qui poussent sur le continent américain. Aujourd’hui, il est utilisé dans plus de 20 industries à travers le monde.

Réglementation des importations
La cire de candelilla est actuellement soumise à un règlement d’importation de l’UE. Toute importation dans l’UE ainsi que toute exportation en dehors de l’UE doivent être certifiées avec un certificat CITES (CITES = Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). La déclaration CITES est publiée par l’Agence fédérale pour la conservation de la nature à Bonn.