Théâtre expressionniste

L’expressionnisme est un mouvement moderniste dans le théâtre et le théâtre qui s’est développé en Europe (principalement en Allemagne) dans les premières décennies du 20ème siècle et plus tard aux États-Unis. Il fait partie du mouvement plus large de l’expressionnisme dans les arts.

L’expressionnisme a eu une influence dominante sur le théâtre allemand du début du XXe siècle, dont Georg Kaiser et Ernst Toller étaient les dramaturges les plus célèbres. Reinhard Sorge, Walter Hasenclever, Hans Henny Jahnn et Arnolt Bronnen figurent parmi les autres dramaturges expressionnistes. Les précurseurs importants étaient le dramaturge suédois August Strindberg et l’acteur et dramaturge allemand Frank Wedekind. Au cours des années 1920, l’expressionnisme a connu une brève période de popularité dans le théâtre américain, y compris les pièces de Eugene O’Neill (The Hairy Ape, L’Empereur Jones et Le Grand Dieu Brown), Sophie Treadwell (Machinal) et Elmer Rice (The Adding Machine) .

Les pièces expressionnistes dramatisent souvent l’éveil spirituel et les souffrances de leurs protagonistes. Certains utilisent une structure dramatique épisodique et sont connus sous le nom de Stationendramen (jeux de station), sur le modèle de la présentation de la souffrance et de la mort de Jésus dans les stations de la Croix. August Strindberg avait été le pionnier de cette forme avec sa trilogie autobiographique à Damas. Ces pièces dramatisent souvent la lutte contre les valeurs bourgeoises et l’autorité établie, fréquemment personnifiée par le Père. Dans Le mendiant de Sorge, (Der Bettler), par exemple, le père malade mental du jeune héros s’inquiète de la perspective d’exploiter les richesses de Mars et est finalement empoisonné par son fils. Dans le Parricide de Bronnen (Vatermord), le fils poignarde à mort son père tyrannique, seulement pour repousser les ouvertures sexuelles frénétiques de sa mère.

Dans le drame expressionniste, le discours est soit expansif et rhapsodique, soit coupé et télégraphique. Le réalisateur Leopold Jessner est devenu célèbre pour ses productions expressionnistes, souvent posées sur des escaliers raides et fortement inclinés (ayant emprunté l’idée au réalisateur et concepteur symboliste, Edward Gordon Craig). La mise en scène était particulièrement importante dans le drame expressionniste, les réalisateurs renonçant à l’illusion de la réalité pour bloquer les acteurs au plus près du mouvement en deux dimensions. Les réalisateurs ont également fait un usage intensif des effets d’éclairage pour créer un contraste saisissant et comme une autre méthode pour accentuer fortement l’émotion et transmettre le jeu ou le message d’une scène.

Caractéristiques
Le drame expressionniste s’est concentré sur la description des expériences et des expériences subjectives du personnage principal, souvent un alter ego de l’auteur lui-même. Les figures restantes étaient le fond de ses états mentaux et obsessions, étaient les produits de ses rêves et imaginations. Les héros de l’art expressionniste étaient généralement des figures typiques, symbolisant des groupes sociaux entiers ou simplement les personnifications de ces groupes. De cette façon, les arts se sont concentrés sur la psychologie des masses, pas des individus. Le dialogue était caractérisé par un style pourri, rempli de slogans et d’exclamations. Une foule (ou un chœur dans sa fonction) est souvent apparue sur la scène). Le travail a cherché à façonner la «moralité» moderne. Les expressionnistes exprimaient l’art supérieur à travers leur art, souvent politique (essentiellement gauchiste) ou religieux, parfois radicalement douteux (Hasenclever dans le drame Der Sohn défendait la thèse selon laquelle la liberté d’expression de sa personnalité pouvait tuer ses propres parents, et le dramaturge Hans Johst Années 1930. partisan du nazisme).

Les actes extensifs, connus du spectateur du théâtre traditionnel, dans l’art expressionniste ont été remplacés par des séquences de scènes courtes. Les scènes réalistes étaient entremêlées de fantastiques. En revanche, il était complètement brisé avec un décor réaliste, des décors cubiques stylisés sont apparus (solides géométriques, rideaux, escaliers, plateformes). Un élément important était les effets d’éclairage qui ont créé l’ambiance sur la scène (par exemple la lumière rouge ou blanche lumineuse comme facteur qui stimule les émotions du spectateur). Les artistes ont expérimenté l’utilisation de techniques modernes sur scène, en essayant, par exemple, d’inclure des séquences de films dans le spectacle.

Le jeu d’acteur était caractérisé par une forte antipsychologie. Ils s’efforçaient d’atteindre la transcendance émotionnelle. Les mouvements de l’acteur étaient violents, la chorégraphie fortement stylisée, le jeu dynamique caractérisé par la tension musculaire et la raideur du corps. La voix était modulée de façon anormale jusqu’à ce qu’elle atteigne un staccato rauque ou se transforme en un cri.

Histoire
Il y avait un mouvement expressionniste concentré dans le théâtre allemand du début du 20ème siècle dont Georg Kaiser et Ernst Toller étaient les dramaturges les plus célèbres. Reinhard Sorge, Walter Hasenclever, Hans Henny Jahnn et Arnolt Bronnen figurent parmi les autres dramaturges expressionnistes. Ils ont regardé le dramaturge suédois August Strindberg et l’acteur et dramaturge allemand Frank Wedekind comme des précurseurs de leurs expériences dramaturgiques.

Le meurtrier d’Oskar Kokoschka, l’Espoir des femmes, est la première œuvre entièrement expressionniste du théâtre, inaugurée le 4 juillet 1909 à Vienne. Dans celui-ci, un homme et une femme sans nom luttent pour la domination. L’homme marque la femme; elle poignarde et l’emprisonne. Il se libère et elle tombe morte à son contact. À la fin de la pièce, il abat tout autour de lui (comme le dit le texte) «comme des moustiques». L’extrême simplification des caractères aux types mythiques, aux effets choraux, au dialogue déclamatoire et à l’intensité accrue deviendra caractéristique des pièces expressionnistes ultérieures. La première pièce expressionniste complète fut The Son de Walter Hasenclever, qui fut publiée en 1914 et créée pour la première fois en 1916.

Dans les années 1920, l’expressionnisme connut une brève période de popularité au théâtre des États-Unis, notamment des pièces d’Eugene O’Neill (The Hairy Ape, L’Empereur Jones et Le Grand Dieu Brown), Sophie Treadwell (Machinal), Lajos Egri ( Rapid Transit) et Elmer Rice (La machine à additionner).

Thèmes
Dans le théâtre expressionniste prédominaient les thèmes sexuels et psychanalytiques, peut-être sous l’influence de Freud, dont l’œuvre L’interprétation des rêves parut en 1900. Cependant, les protagonistes étaient impuissants, solitaires, torturés, isolés du monde et dépouillés de toutes sortes du conventionnalisme et de l’apparence sociale. Le sexe représentait la violence et la frustration, la vie, la souffrance et l’angoisse.

Style
Les pièces expressionnistes dramatisent souvent l’éveil spirituel et les souffrances de leurs protagonistes et sont appelées Stationendramen (drames de station), sur le modèle de la présentation épisodique de la souffrance et de la mort de Jésus dans les stations de la Croix. August Strindberg avait été le pionnier de cette forme avec sa trilogie autobiographique à Damas (1898-1904). L’expressionnisme précoce en particulier témoignait de l’échec des valeurs sociales avec une prédilection pour l’extase et le désespoir et donc une tendance vers le gonflé et le grotesque; un élément mystique, voire religieux, avec des accents apocalyptiques fréquents; un sentiment urgent de l’ici et maintenant.

Les pièces dramatisent souvent la lutte contre les valeurs bourgeoises et l’autorité établie, souvent personnifiée dans la figure du Père. Dans Le Mendiant (Der Bettler) de Reinhard Sorge, le père malade mental du jeune héro s’embarrasse de la perspective d’exploiter les richesses de Mars et finit par être empoisonné par son fils. Dans le Parricide d’Arnolt Bronnen (Vatermord), le fils poignarde son père tyrannique à mort, seulement pour repousser les ouvertures sexuelles frénétiques de sa mère. Dans le drame expressionniste, le discours est exacerbé, qu’il soit expansif et rhapsodique, ou coupé et télégraphique. Le réalisateur Leopold Jessner est devenu célèbre pour ses productions expressionnistes, se déroulant souvent sur des escaliers raides et fortement inclinés (une idée initialement développée par Edward Gordon Craig), qui devint rapidement sa marque de fabrique.

Cabarets expressionnistes
Le théâtre est un moyen idéal pour l’expression émotionnelle de l’expressionnisme pour son caractère multiartistique, qui combine le mot avec l’image et l’action et le mouvement. Non seulement différents types d’expression sont réunis dans une mise en scène d’une pièce, mais le spectacle de variétés, qui comprend les numéros de musique, la poésie, la danse, le théâtre, le cirque, etc., devient très important. Ainsi, en plus du théâtre, des cabarets de variétés se sont multipliés à cette époque, comme la Die Fledermaus (La Bat) à Vienne; les Die Brillo (cercles noirs) à Berlin; et Die elf Scharfrichter (Les onze bourreaux) de Munich.

Théâtre expressionniste dans le monde
Après la vague de popularité du théâtre expressionniste en Allemagne, à partir de 1923, le style se répandit dans d’autres pays européens et se rendit à l’étranger.

Pologne
En Pologne, des éléments du style expressionniste se retrouvent dans les performances de Leon Schiller, dans les décors d’Andrzej Pronaszko, Wincent Drabik et Szymon Syrkus. Expériences théâtrales comprennent l’exposition en 1927 à Vilnius dans le théâtre de “Reduta” dans le rêve pleinement expressionniste de Felicja Kruszewska, la première pièce du réalisateur Edmund Wierciński. La Petite Fille rêve d’un cauchemar: elle doit atteindre le Prince dans la nuit de Varsovie avec un avertissement à propos de l’approche de l’Armée Noire, ses pas sont suivis par le sinistre Clown Vert qui est accroché à la lampe.

Royaume-Uni
En Grande-Bretagne, Seán O’Casey a préparé l’art de The Silver Tassie (Coupe d’Argent, 1928) dans l’esprit de l’expressionnisme, qui, cependant, n’a pas été apprécié et rejeté par les décideurs de l’Abbey Theatre. Ashley Dukes a également promu l’expressionnisme, et à l’avant-garde Gate Theater Studio à Londres, un répertoire allemand, et à la fin des années 1930, il a mis en scène les paraboles de Wystan Hugh Auden et Christopher Isherwood dans le style de la scène poète. À la fin de la troisième décennie, on peut voir l’expressionniste de John Priestley Johnson sur Jordan. Dans le domaine de la décoration pour les expressionnistes, Terence Gray a qualifié ses créations de décorations isométriques. Gray utilisait diverses combinaisons de colonnes mobiles monochromes, d’escaliers et de paliers pour mettre en scène des pièces anciennes et modernes.

France
Toujours en France, l’expressionnisme s’est étendu avec la résistance. Les réalisateurs qui ont utilisé les réalisations de ce style peuvent inclure Gaston Baty et Georges Pitoëff. Ce style n’était pleinement évident que dans les performances de Jean-Louis Barrault.

Russie
En Russie, analogue à l’expressionnisme, la direction du théâtre était le constructivisme, propagé par Vsevolod Meyerhold, c’était une tendance de propagande.

États Unis
Les dramaturges américains qui écrivent l’art expressionniste incluent des artistes comme Elmer Rice, Eugene O’Neill (Le Poilu Ape, L’Empereur Jones, Le Grand Dieu Brown), Sophie Treadwell (Machinal), Lajos Egri (Rapid Transit). Paul Green Adaptation des Aventures du Bon Soldat Švejk à la Comédie Musicale Expressionniste intitulée Johnny Johnson, Kurt Weill s’est occupé du décor musical, la première a eu lieu en 1936.

Dramaturges expressionnistes allemands:

Georg Kaiser (1878)
Ernst Toller (1893-1939)
Hans Henny Jahnn (1894-1959)
Reinhard Sorge (1892-1916)
Bertolt Brecht (1898-1956)

Les dramaturges influencés par l’expressionnisme:

Seán O’Casey (1880-1964)
Eugene O’Neill (1885-1953)
Elmer Rice (1892-1967)
Tennessee Williams (1911-1983)
Arthur Miller (1915-2005)
Samuel Beckett (1906-1909)